AA Wallace revives Cheval moniker after 18 years and returns with “Makes Me Wanna Die”

AA Wallace revives Cheval moniker after 18 years and returns with “Makes Me Wanna Die”

…new single features P’tit Belliveau Cover as a B-Side

(le français suit)

From an Acadian village in Nova Scotia and a long line of lobster fishermen. Kicked out of the house at a young age, graduated high school at an old age, grandfather drowned, and father shot to death. Basically doomed. Also has a band called Sleepless Nights and likes long walks on the beach.

LISTEN: Cheval – “Makes Me Wanna Die” b/w “Cool When Yer Old”

For the last two decades, AA Wallace has cultivated a reputation for being a prolific, genre-hopping songwriter. From the blistering guitar-wielding rock outfit Sleepless Nights to his eponymous French house inspired nudisco act, Wallace’s output has garnered critical acclaim, dedicated fans, and deserved industry nods. His latest project, however, takes us back to the place where it all began. 

Cheval is the moniker the fisherman-turned-musician donned upon his arrival on the Halifax music scene in the late 90s, bringing with him a brand of twangy folk-infused alt-country that owed its allegiances as much to Big Star and CSNY as it did to Paul Westerberg and Teenage Head

“Makes Me Wanna Die” marks the first new Cheval material in nearly 18 years and is very much a return to form for the songwriter who now calls Toronto home. Packing heaps of sardonic wit and poignant commentary about social media culture into a tight two minutes, the A-Side title track leans into a musical palette that could easily have been born and bred in the shared houses of Laurel Canyon. The B-Side, a cover of “Cool When Yer Old” by fellow Acadian artist P’tit Belliveau, takes a different approach building thoughtful, melodic layers of acoustic instruments. Leaning into the Southwestern Nova Scotia francophone dialect and a satirical take on the Wedgeport accent, the track’s lyrics take on a new dimension in the hands of the seasoned songwriter, reading more like a conversation through time with a younger version of himself than as a projection into the future.

This two-song single is a prelude to a forthcoming Cheval full-length that will be available later this year. Drawing on his deep knowledge of genre and form, the record also makes use of Wallace’s extensive rolodex recruiting some of Canada’s biggest heavy hitters – Loel Campbell (Wintersleep), Joel PlaskettNils Edenloff (Rural Alberta Advantage), Thomas Moffett, etc. – as contributors.

THE FOLKLORE BEHIND THE NAME ‘CHEVAL’
Before the establishment of a church and the arrival of a priest in Wedgeport, Acadians traveled to Surette’s Island to attend mass. Making the initial journey by boat, they completed the rather long pilgrimage on foot. Given the distance of this trek, locals began to refer to them as horses (chevaux – plural; cheval – singular). This is oral history, passed down through many generations. As such, accounts may vary on the namesake.

AA Wallace fait revivre Cheval après 18 ans et revient avec «Makes Me Wanna Die»

…nouveau single inclut une reprise de P’tit Belliveau sur la Face B

D’un village acadien de la Nouvelle-Écosse et d’une longue lignée de pêcheurs de homard. Expulsé de la maison à un jeune âge, diplômé du lycée à un âge avancé, grand-père s’est noyé et son père a été tué par balle. Fondamentalement condamné. Il a également un groupe appelé Sleepless Nights et aime les longues promenades sur la plage.

ÉCOUTEZ: Cheval – “Makes Me Wanna Die” b/w “Cool When Yer Old”

Au cours des deux dernières décennies, AA Wallace s’est forgé la réputation d’être un auteur-compositeur prolifique et passionné de multiples genres. De Sleepless Nights, un groupe de rock époustouflant, à son projet éponyme de nudisco inspiré de la maison française, l’œuvre de Wallace a été acclamée par la critique, des fans dévoués et de l’industrie musicale. Son nouveau projet, cependant, nous ramène à l’endroit où tout a commencé.

Cheval est le surnom que le pêcheur-devenu-musicien a prit lors de son arrivée sur la scène musicale de Halifax à la fin des années 90, apportant avec lui une style de country alternatif imprégnée de folk twangy qui devait ses allégeances autant à Big Star et CSNY qu’à Paul Westerberg et Teenage Head.

« Makes Me Wanna Die » marque la première nouveauté musicale de Cheval en près de 18 ans et c’est vraiment un retour en forme pour l’auteur-compositeur qui habite maintenant à Toronto. Emballant des tas d’esprit sardonique et de commentaires poignants sur la culture des médias sociaux en deux minutes serrées, la chanson titre du Face A se penche dans une palette musicale qui aurait facilement pu naître dans les maisons partagées de Laurel Canyon. La Face B, une reprise de « Cool When Yer Old » de l’artiste acadien P’tit Belliveau, adopte une approche différente en construisant des couches réfléchies et mélodiques d’instruments acoustiques. S’appuyant sur le dialecte francophone du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse et une interprétation satirique de l’accent de Wedgeport, les paroles de la chanson prennent une nouvelle dimension entre les mains de l’auteur-compositeur chevronné, se lisant plus comme une conversation à travers le temps avec une version plus jeune de lui-même que comme une projection dans le futur.

Ce single de deux chansons est un prélude à un prochain album de Cheval qui sera disponible plus tard cette année. S’appuyant sur sa profonde connaissance du genre et de la forme, le disque utilise également le vaste rolodex de Wallace recrutant certains des artistes les plus primés du Canada. L’album à venir inclut Loel Campbell (Wintersleep), Joel PlaskettNils Edenloff (Rural Alberta Advantage), Thomas Moffett, etc. en tant que contributeurs.

LE FOLKLORE DERRIÈRE LE NOM ‘CHEVAL’
Avant l’établissement d’une église et l’arrivée d’un prêtre à Wedgeport, les Acadiens se sont rendus à l’Île Surette pour assister à la messe. Faisant le premier voyage en bateau, ils ont accompli ce pèlerinage assez long à pied. Compte tenu de la distance de ce trek, les habitants ont commencé à les appeler des chevaux. Ceci c’est une histoire orale, transmise à travers de nombreuses générations. À cause de ça, les comptes peuvent varier.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *